« Le responsable nous a donné des garanties. Il nous a assurés que la police ne s’approcherait pas de nous pour qu’il n’y ait pas de violence », assure Kacem, un militant anti-gaz de schiste. « En fait, il a assuré que les manifestants pouvaient continuer à manifester pacifiquement et que la police et la gendarmerie n’interviendraient pas. Il a également indiqué qu’on pouvait remettre les tentes à la place Semoud ‘résistance’ et à l’entrée du forage de gaz de schiste », précise Abdelkader Bouhafs, l’un des représentants de la société civile.

Selon Abdelkader Bouhafs, le chef de la 6e région militaire s’est même engagé « pour que de nouvelles tentes soient remises aux manifestants ». « Le chef de la 6région militaire a insisté sur la sécurité et la stabilité [de la région] en précisant qu’il ne pouvait pas se prononcer sur le gaz de schiste ». « Nous n’allons pas nous approcher des entreprises [multinationales pétrolières] pour qu’il n’y ait pas de confrontations avec les services de sécurité. On a confiance dans l’armée ! », assure Kacem.

Escalade de violence à In Salah :

Le chef du secteur militaire met le holà.

Insalah 3