Exportations de gaz de schiste : les États-Unis ouvrent les vannes

Cameron LNG est le sixième projet de terminal à recevoir une autorisation complète d’exportation de gaz de schiste américain délivrée par l’administration américaine. (photo : DR)

Le marinLe ministère américain de l’Énergie a donné son complet feu vert à l’exportation de gaz de schiste liquéfié au consortium Sempra Energy, GDF Suez, Mitsubishi et Mitsui, créé en 2013 pour le projet de terminal de liquéfaction de Cameron LNG, en Louisiane.

Plus précisément, les autorités américaines ont étendu l’autorisation antérieure d’exportation aux pays ayant un accord de libre-échange avec les États-Unis aux pays ne bénéficiant pas d’un tel accord. Cela concerne les pays d’Europe et d’Asie, qui sont les premiers importateurs mondiaux de gaz naturel liquéfié.

Une décision saluée par Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez présent à hauteur de 16,6 % dans le projet Cameron LNG : "Cela ouvre de nouveaux horizons pour la production de gaz américaine et renforcera la position du groupe sur le marché mondial de GNL."

Cameron LNG est la sixième autorisation complète d’exportation de gaz de schiste américain délivrée par l’administration américaine. Soit un volume total de liquéfaction de 240 millions de m3 par jour.

Comme les autres sites, Cameron LNG est d’abord un terminal d’importation que la révolution des gaz de schiste a conduit à se tourner vers l’exportation. Le projet comprend trois trains de liquéfaction pour une production totale de 12 millions de tonnes par an.

Ne reste plus que l’étude d’impact environnemental dont les résultats doivent tomber d’ici quelques semaines pour que la décision finale d’investissement soit prise. Soit 6 à 7 milliards d’euros en jeu et une mise en service prévue en 2018. PAR LE MARIN