GAZ DE SCHISTE ACTUS_3 mai 2015

Une demande de prolongation et une demande de prolongation exceptionnelle ont été déposées sur le permis de recherche de Bassin d’Alès par Mouvoil. Dans l’hypothèque où la demande de prolongation exceptionnelle serait refusée, les coordonnées des rendus liés à la demande de prolongation normale feront l’objet d’une publication ultérieure (Bulletin du BEPH, mars 2015)

Le terminal méthanier de Dunkerque, le chantier aux multiples exploits (en images sur l'Usine nouvelle). Vous devez savoir pourquoi on le construit, c'est pour accueillir le gaz de schiste en provenance du terminal Sabine Pass construit par Chenière aux USA. Le gaz de schiste et les schistes bitumineux, tout comme l'Algérie nous enverra le sien puisque l'exploitation a commencé, suite à la visite de Laurent Fabius. D'autant que le mouvement d'In'Salah s'essoufle.

Terminal dunkerqueConstruit par Dunkerque LNG, coentreprise d’EDF (65%), du belge Fluxys (25%) et de Total (10%), sa fonction est d’accueillir les bateaux méthaniers remplis de gaz naturel liquéfié (GNL). Le terminal décharge le gaz, le stocke sous forme liquide et le gazéifie pour l’injecter sur les réseaux français et belge puis, par le jeu des interconnexions, dans toute l’Europe de l’Ouest. "Le terminal pourra fournir l’équivalent de 20 % de la consommation annuelle de la France et de la Belgique", explique Marc Girard, président de Dunkerque LNG. LA SUITE ICI

Le lobby du gaz de schiste noyaute un groupe d’experts de la Commission

Les défenseurs de l'environnement accusent l’industrie du gaz de schiste de contrôler un groupe d'expert influent au sein de la Commission européenne.

L'ONG des Amis de la Terre Europe a claqué la porte d'un lieu de réflexion sur le gaz de schiste. Il s'agit du Réseau scientifique et technique européen pour l'extraction des hydrocarbures non conventionnels du Centre commun de recherche (JRC). Le JRC est le service scientifique intégré à la Commission. Son rôle est d'informer les décideurs politiques européens.

Le réseau a pour mission d'évaluer les projets de fracturation hydraulique en cours et leurs conséquences. Le 15 avril, l'ONG des Amis de la Terre a cependant accusé l'organisation d'être « en fait un lobby interne pour le gaz de schiste dans la stratégie énergétique de la Commission européenne ». LIRE LA SUITE

Gaz de schiste : le rapport Montebourg remis en cause par ses auteurs

En 2013, l'OFCE réalisait le volet économique du rapport Montebourg et envisageait 300 milliards de dollars de rente sur 30 ans. En 2015, l'Office a refait ses calculs et la rente est divisée par 20, s'effondrant à 19,6 milliards sur 45 ans. SUR ACTU ENVIRONNEMENT

Pétrole de schiste : recours en justice déposé contre un permis déterré par le gouvernement PAR LES AMIS DE LA TERRE

Gaz de schiste : sortir de l’obscurantisme

Publié le  Ce sujet est devenu presque tabou, l’opinion publique se joint à l’unisson aux écologistes ; elle est effrayée par les images du cinéma de fiction ou déroutée par l’ignorance des médias. Par Valérie d’Emploi 2017.

Gaz de schistes: Juppé favorable à l'exploration en France

L'ancien Premier ministre français Alain Juppé a appelé mercredi à Montréal à une croissance plus sobre en énergies non renouvelables, tout en se disant favorable à l'exploration des réserves de gaz de schiste en France.  En visite dans la métropole québécoise, le maire UMP de Bordeaux a tenu à souligner avant toute chose qu'il ne croit pas à la décroissance (à la différence) d'écologistes intégristes.  Néanmoins, a-t-il ajouté, la croissance des prochaines années ne sera pas la même qu'il y a 20 ans ou 30 ans, ce ne sera pas le modèle de croissance des 30 Glorieuses, ce sera une nouvelle forme de croissance: la bonne croissance. D'abord avec la presse, puis lors d'une conférence devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), il a vanté cette bonne croissance qui sera plus sobre en consommation de ressources rares. Ce sera une croissance circulaire: on a trop été habitué à gaspiller et à jeter, il faut désormais recycler, a avancé M. Juppé, personnalité politique préférée des Français selon un récent sondage. Candidat à la primaire à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, il a prôné une politique de mixte énergétique grâce notamment au nucléaire et aux énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, etc) qui ont des potentialités considérables. En ce qui concerne l'exploitation des gaz de schistes, je pense que la France devrait accepter un pôle d'expérimentation pour voir exactement quels sont les enjeux, a dit M. Juppé qui fût brièvement ministre de l'Écologie en 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. À l'époque, M. Sarkozy avait imposé un moratoire sur ces hydrocarbures non conventionnels qui seraient présents dans l'est du pays. L'ex-président est désormais favorable à leur exploration. M. Juppé souhaite que le pôle dont il appelle à la création examine l'étendue des ressources et détermine ensuite quelles sont les techniques qui sont effectivement acceptables du point de vue du développement durable. Plutôt que de dire niet à tout, je pense que sous un contrôle effectif et avec des précautions requises, un pôle expérimental pourrait être utile, a-t-il ajouté, n'excluant pas le recours à la controversée fracturation hydraulique. (©AFP / 29 avril 2015 20h32)