GAZ DE SCHISTE_actus du 22 mai 2015

L’UE fait pression pour les gaz de schiste : contre l’environnement, pour les multinationales !

Gaz de schiste : les maires du Gard ne baissent pas la garde (hélas, article réservé aux abonnés)

 

Algérie : « Quelles que soient les provocations du pouvoir, notre mobilisation restera pacifique » : la mobilisation ne faiblit pas contre le gaz de schiste et arrache le portefeuille de l’énergie à Youcef Yousfi

In salah mai 2015

Peu médiatisée, la mobilisation citoyenne se poursuit en Algérie contre l’exploitation des gaz de schiste. Entre arrestation de caricaturiste engagé et convocation policière d’opposants à la fracturation hydraulique, les autorités tentent de freiner le mouvement. Basta ! a rencontré l’un des piliers de cette lutte, Mouhad Gasmi. « Il va y avoir tôt ou tard une convergence des luttes, prédit-il,et je suis convaincu que cela peut faire vaciller le régime si le gouvernement continue à camper sur ses positions. » Rencontre.#In'Salah

Huile de schiste: Cosse (EELV) s'inquiète de futurs puits de pétrole en Essonne


Vert-Le-Grand (France) - Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, a jugé vendredi extrêmement grave la demande de permis d'exploitation de gisements de pétrole en Essonne par une société canadienne, craignant qu'elle cache une volonté d'exploration future des réserves d'huile de schiste. Une enquête publique a été ouverte jeudi à la suite de la demande par la société Vermilion, l'un des gros acteurs de l'extraction de gaz de schiste au Canada, de pouvoir réaliser dix nouveaux forages sur ses concessions de Vert-le-Grand et de la Croix-Blanche, rachetées au groupe Total et exploitées depuis 2012. Une demande d'autorisation pour trois autres puits sur la concession de Vert-le-Petit doit être adressée à la préfecture de l'Essonne d'ici à la fin de l'année, précise Vermilion.Ces demandes de permis constituent un moment extrêmement grave à 180 jours de la conférence climat qui se tiendra à Paris, a déclaré Emmanuelle Cosse devant la mairie de Vert-le-Grand. 

A ses côtés, plusieurs élus locaux EELV et du Parti de Gauche, ainsi que des membres du collectif Non au gaz de schiste cachés derrière des masques à gaz en carton. La loi de 2011, qui interdit le recours à la fracturation hydraulique pour l'extraction du gaz et de l'huile de schiste, est un acquis fondamental, mais fragile et pas durable. Régulièrement, des députés déposent des propositions de loi pour revenir sur ce texte. Nous ne sommes pas dupes des aspects techniques des dossiers déposés par Vermilion, a ajouté Mme Cosse. Les groupes pétroliers n'ont pas désarmé, ils font de la prospection partout, le combat n'est pas gagné, il faut continuer à se battre, a-t-elle prévenu.  "Il n'y a aucun travaux dans l'Essonne qui visent à atteindre la roche mère, d'où est extraite l'huile de schiste, assure de son côté Jean-Pascal Simard, directeur des relations publiques en France pour Vermilion. Nous ne recherchons que du pétrole conventionnel, et nous ne spéculons pas sur la volonté ou non du gouvernement de revenir sur la loi de 2011", ajoute-t-il.  "Ils préparent le terrain et se comportent comme en territoire conquis", s'insurge Philippe Pascot, l'un des fondateurs du collectif Non au gaz de schiste en Essonne. Il ne croit pas aux promesses de Vermilion: si ces puits étaient rentables pour du pétrole conventionnel, Total ne les auraient pas cédés. Ces futurs puits engendreront selon lui dix ans de profits pour quelques-uns, 300 ans de malheur pour tout le monde. (©AFP / 22 mai 2015 12h48)